Archive pour 22 janvier, 2012

La mondialisation

Le terme « mondialisation » apparaît pour la première fois en 1959 dans le journal The Economist, il apparait ensuite en Français dans le journal « Le Monde ». Ces expressions ont été créées autour de 1960, mais elles resteront inutilisées pendant une voire deux décennies. Ce n’est que dès les années 1980-90 que le terme « mondialisation » connait un succès et une utilisation fulgurante. Il signifie l’accroissement des flux, notamment du volume des échanges commerciaux de biens, de services, de main-d’œuvre, de technologie et de capital à l’échelle internationale[1] et dérive du verbe « mondialiser » attesté dès 1928[2]. Il désigne initialement le seul mouvement d’extension des marchés des produits industriels à l’échelle des blocs géopolitiques de la Guerre froide. Longtemps cantonné au champ académique, il se généralise au cours des années 1990, d’une part sous l’influence des thèses d’émergence d’un « village global » portées par le philosophe Marshall McLuhan, et surtout par le biais des mouvements antimondialistes et altermondialistes, qui attirent, par leur dénomination même, l’attention du public sur l’ampleur du phénomène.

Dans le monde anglophone, la popularisation du terme globalization et son usage comme terme fourre-tout a accentué le débat académique. Il est maintenant admis que le terme désigne le développement de l’interdépendance au niveau mondial. À partir de cette définition générale chaque grand courant académique met l’accent sur la dimension qui lui paraît la plus pertinente. Par exemple, certains universitaires comme Manuel Castells se concentrent sur le lien entre les dimensions économiques et sociales. D’autres, comme John Urry (en), mettent l’accent sur la complexité croissante qui caractérise tous les échanges humains (économiques, culturels et politiques). Aussi, le terme et sa popularité sont liés aux problématiques de développement, comme le montre Jan Nederveen Pieterse et son concept d’hybridity (en). Les polémiques qui agitent le milieu universitaire anglophone reflètent l’existence d’un débat planétaire. Urry est anglais mais Castells est espagnol et Pieterse hollandais.

Les termes globalization et mondialisation et les sens qui leur sont attribués sont fonction du point de vue et du courant de pensée des énonciateurs.

Le géographe Laurent Carroué, spécialiste de ces questions plaide pour une distinction plus nette de ces deux termes. Pour lui la mondialisation peut être définie comme le processus historique d’extension du système capitaliste à l’ensemble de l’espace géographique mondial. Il critique l’usage trop vague de globalisation.

Origines et évolutions[modifier]

La distinction entre ces deux termes est propre à la langue française. Le mot anglais (US) original est globalisation, repris par la plupart des autres langues[réf. nécessaire]. En anglais, les différentes approches globalization/mondialisation sont explorées par différents courants de pensées. Le terme anglophone globalization couvre largement le même débat que la différence sémantique francophone. Comme dans le monde francophone, différentes personnes donneront différents sens aux termes, mettant l’accent sur la dimension économique, culturelle ou politique, en fonction de leur appartenance, consciente ou non, à tel ou tel courant de pensée.

D’un point de vue étymologique, monde (univers) et globe sont suffisamment proches pour que mondialisation et globalisation soient synonymes dans leur emploi initial en langue française (1964 pour le premier, 1965 pour le second[pas clair]).

Toutefois, la proximité de « globalisation » avec l’anglais et la particularité de mondialisation a amené une divergence sémantique.

En français, le terme « globalisation » désigne l’extension supposée du raisonnement économique à toutes les activités humaines et évoque sa limitation au globe terrestre. Le terme « mondialisation » désigne quant à lui l’extension planétaire des échanges qu’ils soient culturels, politiques, économiques ou autres. Dans ce cadre l’expression monde peut désigner en outre l’espace proche de la terre, accessible par des moyens aéronautiques ou spatiaux (satellites), ou prendre des significations propres à chaque culture (le monde chinois…). En revanche, l’expression « globalisation financière » s’est imposée pour désigner la constitution d’un marché mondial intégré des capitaux. Par ailleurs, les problèmes liés à l’environnement biophysique se posent désormais globalement à l’échelle mondiale. Les changements climatiques, la perte de biodiversité, la déforestation ou la pollution due au développement industriel et à l’activité humaine sont des exemples d’interaction des secteurs économique, culturel et politique avec les actions planétaires.

La différence sémantique peut être envisagée sous un autre angle. Certains voient dans le terme globalisation la simple transposition du terme anglais en français, globalisation étant synonyme de mondialisation. D’autres voient une différence de nature entre les deux termes et considèrent la globalisation comme une étape après la mondialisation, qui la dépasserait et consisterait en une dissolution des identités nationales et l’abolition des frontières au sein des réseaux d’échange mondiaux.

Descriptions[modifier]

Complètement générique, le terme mondialisation désigne un processus historique par lequel des individus, des activités humaines et des structures politiques voient leur dépendance mutuelle et leurs échanges matériels autant qu’immatériels s’accroître sur des distances significatives à l’échelle de la planète. Elle consiste en l’interdépendance croissante des économies et contribue à l’expansion des échanges et des interactions humaines[3].

Mondialisations[modifier]

La genèse du terme explique que ce processus soit le plus souvent envisagé sous le seul aspect de la mondialisation économique, développement des échanges de biens et de services, accentuée depuis la fin des années 1980 par la création de marchés financiers au niveau mondial. Toutefois s’y ajoutent :

  • l’aspect culturel qu’apporte l’accès d’une très large partie de la population mondiale à des éléments de culture de populations parfois très éloignées d’une part et aussi la prise de conscience par les pays développés dans leur ensemble de la diversité des cultures au niveau mondial[4].
  • l’aspect politique que représente le développement d’organisations internationales et d’ONG[5].
  • l’aspect sociologique de la mondialisation résumé par Zygmunt Bauman, sociologue et professeur émérite des universités de Varsovie et de Leeds : « La mondialisation est inéluctable et irréversible. Nous vivons déjà dans un monde d’interconnexion et d’interdépendance à l’échelle de la planète. Tout ce qui peut se passer quelque part affecte la vie et l’avenir des gens partout ailleurs. Lorsque les mesures à adopter sont évolué dans un endroit donné, il faut prendre en compte les réactions dans le reste du monde. Aucun territoire souverain, si vaste, si peuplé, si riche soit-il, ne peut protéger à lui seul ses conditions de vie, sa sécurité, sa prospérité à long terme, son modèle social ou l’existence de ses habitants. Notre dépendance mutuelle s’exerce à l’échelle mondiale (…) » [6].
  • l’aspect géographique: la mondialisation est une réalité spatiale qui est aujourd’hui largement étudiée par de nombreux géographes notamment Laurent Carroué. Elle ne correspond pas à une uniformisation du monde ou à la disparition des territoires mais plutôt à la double logique d’intégration-fragmentation qui entraîne une hiérarchisation et une polarisation très forte des territoires.

En toute rigueur, il conviendrait ainsi de parler des mondialisations, afin de distinguer le domaine considéré (économie, culture, politique) et la période historique envisagée.

Caractère inéluctable[modifier]

Le caractère inéluctable ou naturel du processus de mondialisation est souvent mis en avant (voir la citation précédente).

Cependant, cette idée, présentée comme une « idée reçue » par les mouvements d’extrême gauche, peut être nuancée lorsqu’on[Qui ?] s’intéresse de plus près aux aspects commerciaux et financiers du phénomène. En effet, d’une part « la part des exportations dans la production mondiale de 1913 ne sera dépassée qu’en 1970 et stagne depuis lors », et d’autre part « les mouvements nets de capitaux sont actuellement plus modestes qu’au début du XXe siècle »[7].

Ainsi, pour l’éditorialiste Martin Wolf, responsable des rubriques économies au Financial Times, « la mondialisation relève sinon d’un mythe, du moins d’un abus de langage »[8].

Mondialisme[modifier]

Si la mondialisation est un processus qui se traduit dans les faits, le mondialisme est une idéologie. Celle-ci affirme le caractère inéluctable de la mondialisation et son incompatibilité avec la structure de l’État-nation, son caractère inhérent à vouloir apporter la paix définitive par l’instauration d’un gouvernement mondial passant par un humanisme. Le mondialisme en tant que tel ne constitue cependant pas une idéologie constituée. On[Qui ?] le retrouve au sein d’idéologies plus vastes, allant du néolibéral à l’internationalisme d’extrême-gauche.

Un glissement du sens du terme vers sa seule acception néo-libérale a donné naissance aux termes d’antimondialisation et d’altermondialisation pour désigner des courants de pensée visant respectivement à limiter le processus de mondialisation ou à en modifier le contenu.

Conceptions de la mondialisation[modifier]

Aussitôt que la mondialisation s’est imposée comme phénomène planétaire, on[Qui ?] a cherché à la définir. Deux conceptions, « unitaire » et « conflictuelle et plurielle » s’affrontent autour de l’explication de ce phénomène[9],[10].

Conception unitaire[modifier]

Selon la conception unitaire, la mondialisation évoque la notion d’un monde uni, d’un monde formant un village planétaire, d’un monde sans frontière. Ceci dans une approche géographique, idéologique ou économique. Cette conception est soutenue par des organisations internationales ou institutions internationales (notamment le FMI, l’OMC et autres), par le courant idéologique notamment le mondialisme. Elle est également partagée par quelques analystes[11].

Définir la mondialisation comme l’unification du monde signifie qu’il est question de l’interpénétration des cultures, des technologies et des économies (intégration dans l’économie mondiale). De ce fait, les expressions comme culture mondiale ou civilisation mondiale, gouvernance mondiale, économie mondiale, voire citoyen mondial sont de plus en plus utilisées.

Si l’approche unitaire de la mondialisation bénéficie des atouts du XXIe siècle (c’est-à-dire le progrès et révolution de la technologie qui renforce l’intégration physique, l’internationalisation et l’expansion des mouvements financiers ; et la position du capitalisme, seul système économique et centre de l’économie mondiale), il est suivi, cependant, par toutes les critiques fusant sur l’économie de marché ou le capitalisme.

La conception qui définit la mondialisation comme l’unification du monde contient par ailleurs une position intellectuelle qui prône plus d’ouverture pour arriver à une paix mondiale, une suppression totale des frontières. En revanche, même si cette conception présenterait l’avantage de créer dans l’homme le germe de l’espoir, elle resterait cependant restrictive dans la mesure où elle négligerait les autres manifestations de la mondialisation.

Conception conflictuelle et pluraliste[modifier]

Opposée à la conception unitaire, la conception conflictuelle et pluraliste considère la forme actuelle de la mondialisation comme la source de nos problèmes. Elle met en avant une approche de coopération plutôt que de mise en concurrence, qui est le principe de base de la forme actuelle de la mondialisation. Les sympathisants les plus farouches de cette conception sont les courants altermondialiste et antimondialiste. Elle est également partagée par quelques analystes indépendants. Les problèmes que pose cette approche de la mondialisation sont ceux de l’hétérogénéité, de l’incompatibilité, de la fragmentation et de l’intégration, de l’ordre et du désordre, de l’inégalité, de l’exclusion et de la solidarité, de la domination, de l’exploitation, des affrontements idéologiques et des relations humaines qui sont souvent régies par des rapports de force.

Cette conception présenterait selon ses tenants l’avantage d’appréhender un peu plus clairement les éléments divers de ce phénomène aux multiples aspects alors que la première s’articulerait autour d’un seul point. Du fait d’être défendue par les altermondialistes, cette conception est généralement vue comme une théorie économique et sociale proche du socialisme, notamment parce qu’elle prend la défense des plus pauvres. La vision de l’altermondialisme est davantage de coopération que de mise en concurrence des populations.

Historique[modifier]

Article connexe : mondialisation économique.

Si le vocable « mondialisation » est récent, il désigne cependant différentes périodes de l’Histoire, dont certaines anciennes[12].

Antiquité[modifier]

Contestée il y a encore peu, l’idée qu’une sorte de processus assimilable à la mondialisation ait eu lieu durant l’Antiquité est de plus en plus reconnue par les spécialistes[réf. nécessaire].

Une première expression de ce processus peut être située à partir du second millénaire avant Jésus-Christ: une vaste zone commerciale s’étendant de l’Indus au monde minoen via les cités du Croissant fertile. Cette première tentative sera de courte durée du fait de l’arrêt des échanges commerciaux causé par l’irruption d’envahisseurs indo-européens à la fin du second millénaire.

Une seconde tentative aura lieu à partir de la fondation de l’Empire perse qui permet d’établir un contact commercial indirect entre les colonies phéniciennes et grecques, et les cités indiennes, entre Gibraltar et le Gange. Les Grecs vont ainsi prendre pleinement conscience de l’étendue du monde comme le montrent les relations d’Hérodote, et, plus encore, de Ctésias de Cnide, médecin du grand roi perse.

Loin de mettre un terme à ce processus d’unification commerciale, culturelle et diplomatique du monde antique, la destruction de l’empire perse, et la formation des États hellénistique va l’accroître sensiblement. Ainsi la « mondialisation » hellénistique partage-t-elle de nombreux traits communs avec celle de notre temps:

  • Le brassage des populations : à la suite des conquêtes d’Alexandre, les Grecs vont s’installer un peu partout dans l’empire perse (en particulier en Bactriane). En conséquence se créent des cités cosmopolites à l’exemple d’Alexandrie, peuplée de Grecs, d’Égyptiens, de Juifs et d’Orientaux.
  • La constitution d’une culture mondiale : la koinè grecque devient la lingua franca, et la culture grecque devient culture universelle que s’efforcent d’acquérir les non-Grecs. S’y joint la constitution d’une Welt-Literatur (la bibliothèque d’Alexandrie contenant des textes indiens et bouddhistes).
  • L’intensification et la mondialisation des échanges : le commerce devient particulièrement florissant, essentiellement du fait qu’Alexandre y réinjecte les liquidités jusqu’alors thésaurisées par les Perses. D’autre part la quasi-disparition de toute autorité impériale met à mal les barrières douanières. Se manifestent ainsi nombre de phénomènes typiques d’une économie « mondialisée«  : des Grecs installés en Inde confectionnant des Bouddhas qui seront exportés jusqu’au Japon.
  • Le multilatéralisme : constitution d’États plus ou moins égaux par leur taille et par leur force, ce qui entraîne une certaine émulation.
  • L’innovation technique : grandes découvertes scientifiques et avancées techniques qui ne seront pas égalées avant longtemps à Syracuse et Alexandrie en particulier.

Avant le XVIIe siècle[modifier]

Les hommes du XVIIe siècle ou des siècles antérieurs avaient des représentations du Monde différentes des nôtres. La Terre était peuplée de moins de 700 millions d’habitants. Il n’est donc pas question de mondialisation. On[Qui ?] constate pourtant que des évènements politiques et culturels majeurs ponctuent l’Histoire :

  • Extension de l’empire romain, unification de la Chine, grands mouvements de population,
  • Extension de l’empire byzantin à partir du VIe siècle (empereur Justinien),
  • Formation de l’empire carolingien aux IXe siècle-Xe siècle, extension musulmane,
  • Ouverture de routes commerciales dès la fin du Xe siècle en Europe (cf. Pierre Riché, le terme Europe n’était pas encore employé), foires de Champagne au XIIe siècle, à cette époque, la Chine est florissante sous l’Empire Song.
  • La Chine lance entre 1415 et 1433 des expéditions vers l’Afrique (Amiral Zheng He).
  • La Renaissance au XVe siècle s’accompagne d’échanges maritimes en Mer du Nord, en mer Baltique (Ligue hanséatique), et entre la Mer du Nord et les ports italiens en contournant l’Espagne. Au XVIe siècle suivront les grandes découvertes.

Ces changements s’accompagnent d’une extension considérable de l’espace connu ainsi que des échanges économiques, technologiques et culturels entre civilisations.

L’étude des échanges de biens de ces époques conduit à penser que l’historiographie du XIXe siècle a sous-estimé l’importance des échanges matériels et culturels entre civilisations éloignées jusqu’à la fin du Moyen Âge. Par exemple :

  • La Route de la soie existait bien avant le XIIIe siècle,
  • La mise en évidence de liens commerciaux réguliers entre la région de la Baltique et Rome,
  • La découverte en Chine de vases grecs accrédite l’existence de mouvements mondiaux de biens et d’idées dès l’Antiquité,
  • On[Qui ?] peut également donner en exemple le rôle fondamental des routes commerciales arabes sur l’islamisation de l’Afrique,
  • Il y eut aussi des échanges entre l’Inde et le Monde arabe vers le IXe siècle, conduisant à l’introduction progressive en Europe du système de numération positionnel décimal à partir de l’An mil.

Aux XVe siècle et XVIe siècle, le mouvement de la Renaissance entraîne un grand bouleversement : l’imprimerie apparaît, et les Européens font de grandes découvertes.

Pendant le siècle des Lumières, la diffusion de la presse, la prise de conscience de l’héliocentrisme, l’industrialisation et la colonisation entraînent d’autres types de bouleversements, que Montesquieu analyse en ces termes : « Aujourd’hui nous recevons trois éducations différentes ou contraires : celle de nos pères, celle de nos maîtres, celle du Monde. Ce qu’on nous[Qui ?] dit dans la dernière renverse toutes les idées des premières » [13].

Révolution industrielle[modifier]

La mondialisation 250px-Maquina_vapor_Watt_ETSIIM

magnify-clip

Machine à vapeur de Watt.

Le XIXe siècle qui, pour les historiens, va de la Révolution française à la Première Guerre mondiale, est marqué par l’essor de la révolution industrielle. On note alors l’abaissement des coûts de transport, avec la généralisation de la machine à vapeur et celui des coûts de communication avec le télégraphe. Ces deux éléments permettent une meilleure intercommunication des différentes parties du globe et d’importants transferts d’hommes, de biens et de savoirs.

Le XIXe siècle voit aussi d’importants flux de population à l’échelle planétaire. En Europe, la Révolution agricole éloigne les paysans de leur campagne. Les villes absorbent avec difficulté la hausse soudaine de la population du vieux continent qui quadruple entre 1750 et 1900. Les Occidentaux migrent massivement à travers le monde (Amériques, Australie, Algérie…). Ces flux de population modifient en profondeur la répartition de la main-d’œuvre au niveau mondial.

Au niveau économique, l’industrialisation rend possible le développement d’échanges de produits manufacturés entre pays industrialisés et en cours d’industrialisation. La colonisation entraîne des flux de matières premières depuis les colonies vers l’Europe. L’impact économique de ces échanges est cependant faible au regard de celui induit par les migrations mondiales.

La colonisation a également pour effet d’intégrer l’essentiel de la planète dans un espace politique commun, et de favoriser des transferts financiers entre pays ainsi que vers les colonies.

Dans le domaine culturel, la multiplication des récits de voyage ou des modes comme l’orientalisme ou le japonisme montrent la montée en puissance dans l’imaginaire européen d’autres cultures, elles-mêmes souvent mises à mal par la colonisation. Jules Verne fait faire à Philéas Fogg Le Tour du monde en quatre-vingts jours, grâce au génie technique européen. À cette époque cependant, le mondialisme trouve sa première expression d’ampleur sur le socle du marxisme avec la fondation des Internationales.

Chaos du « court XXe siècle »[modifier]

Les débuts du XXe siècle sont marqués par une méfiance croissante à l’égard des échanges mondiaux, entraînant le repli de nombreux pays sur eux-mêmes au détriment du processus de mondialisation[14].

Le phénomène commence dans le secteur où les échanges étaient les plus importants, celui de flux humains. En mettant en place de quotas à l’immigration (1911 pour les asiatiques, 1921 pour les autres populations), les États-Unis arrêtent brutalement le flux le plus important, tandis que les révolutions russes privent l’Europe d’un important partenaire commercial et financier.
La plupart des pays érigent alors d’importantes barrières douanières dans le but de protéger leur économie. Ce brusque cloisonnement des échanges matériels et financiers est un facteur essentiel de la crise des années 1930, qui marque le point d’arrêt quasi-total de la mondialisation.

Le rejet de ce processus dépasse alors le simple plan économique pour s’étendre à la politique, avec l’effondrement de la Société des Nations et un refus des cultures étrangères et des étrangers eux-mêmes qui tourne souvent à la xénophobie.

350px-Unified_Combatant_Commands_map

magnify-clip

La mondialisation militaire vue des États-Unis : répartition géographique du commandement Interarmées de Combat. Cette présence globale permettant la projection de la puissance armée, sous la forme la plus adaptée à l’action requise par la géostratégie et la tactique, forme la base de l’ensemble des interventions militaires depuis 1947. Ce déploiement contribue pour beaucoup pour l’opinion publique mondiale dans la perception d’un Empire américain.

Si le début du XXe siècle freine la mondialisation, la deuxième moitié du XXe relance et accélère ce processus. Après 1945, celui-ci reprend, de manière très inégale en fonction des domaines. La reconstruction de l’Europe ainsi, la mise en place du bloc soviétique puis les décolonisations limitent la portée des échanges de biens et de services. La mondialisation s’inscrit alors plutôt dans la création d’organisations internationales, ONU, Banque mondiale, FMI ou GATT, ainsi que dans la généralisation des produits de la culture des États-Unis, en particulier le cinéma.

Alors que le terme est déjà utilisé, ce n’est que vers 1971 que les échanges de biens retrouvent, en part du PIB mondial, leur niveau de 1910 et que reprend véritablement la mondialisation économique. Appuyée sur la baisse des coûts de transport, celle-ci désigne essentiellement le développement des échanges en biens manufacturés entre pays riches et nouveaux pays industrialisés (Corée du Sud, Taïwan, Brésil, Argentine…), qui représentent 80% du commerce mondial. Au sein du COMECON, la planification favorise de même d’importants échanges de biens, largement en isolation vis-à-vis du reste du monde.

Au début des années 1980, de vastes zones géographiques (Afrique, essentiel de l’Asie) ainsi que les secteurs primaires (agriculture) et tertiaires (services) restent hors du processus de mondialisation économique, tandis que les flux de population restent faibles. Par ailleurs, l’amélioration des flux d’informations ainsi que l’assouplissement des lois portant sur l’investissement étranger favorisent la mise en place de marchés financiers d’échelle internationale.

Aspects de la mondialisation contemporaine[modifier]

La mondialisation contemporaine marque l’hégémonie du modèle américain sous plusieurs aspects. Jean Sévilla décrit cette mondialisation comme : « une idéologie conçue à l’image des États-Unis. Une théorie faite pour une société marchande, transparente, mobile, sans racines, sans frontières, où l’argent est roi et l’État lointain[15]. »

Économie[modifier]

Article détaillé : Mondialisation économique.

L’évaluation des conséquences de la mondialisation économique comprend plusieurs volets, très contrastés selon la richesse du pays considéré.

Pays riches[modifier]

Pour les pays riches, la mondialisation économique comporte deux bénéfices essentiels. Le premier profite au consommateur, qui a accès à un éventail plus large de biens (diversité) à un prix plus faible que s’ils étaient fabriqués dans le pays même. L’abondance de bien est un point fondamental des société de consommation. Quantitativement, cet effet est considérable, et peut être appréhendé en additionnant les gains des consommateurs à l’achat de produits textiles chinois. Le second bénéfice profite aux détenteurs du capital, qui obtiennent un meilleur rendement de leurs capitaux.

Les pays riches subissent en revanche la délocalisation de leurs industries intensives en main-d’œuvre peu qualifiée, ainsi que de la concurrence accrue entre pays riches eux-mêmes. Quantitativement peu importants[réf. nécessaire], ces effets posent cependant des problèmes du fait qu’ils sont localisés, touchant particulièrement certains individus ou certaines régions, alors que les gains sont répartis sur l’ensemble de la population. Ceci dit, la part de la population active en concurrence avec la main-d’œuvre peu qualifiée des pays en voie de développement n’est seulement que de 3%.

Cependant, les niveaux scientifiques et technologiques de la Chine et de l’Inde se rapprochent très vite des standards occidentaux, et la qualité des télécommunications font que la concurrence directe des populations actives concerne maintenant les classes moyennes (délocalisation des centres d’appel par exemple), et les ingénieurs (tous les grands groupes de logiciels ont une antenne en plein essor en Inde).[réf. nécessaire]

Certaines études quantitatives économétriques tentant d’évaluer ces deux aspects seraient arrivées à la conclusion que les gains des pays riches à la division internationale du travail sont supérieurs aux pertes (délocalisations, désindustrialisation). Le problème des pays riches face à la mondialisation économique serait donc avant tout un problème de répartition de gains afin de pouvoir indemniser les autres pays en leur accordant une part des gains proportionnée à leur perte.[Lesquelles ?]

Toutefois certains[16] contestent ces études, leur objectivité, leurs auteurs et leurs conclusions. Ces opposants estiment pour leur part que la mondialisation n’a pas été porteuse de croissance en Europe, qu’elle aurait plutôt été génératrice d’iniquités et de dégâts environnementaux, de concurrence désastreuse (de leur point de vue) entre États en matière de réglementation, de protection sociale, de fiscalité et d’éducation, aboutissant à un dumping social et à l’inefficacité locale des mouvements sociaux (le pouvoir politique de proximité ne pouvant leur donner satisfaction). Selon cette analyse la mondialisation ferait obstacle à la « lutte des classes » et risquerait à terme de détruire les protections sociales mises en place dans les États développés.

Nouveaux pays industrialisés[modifier]

Jusqu’à la crise asiatique, les nouveaux pays industrialisés semblaient les grands gagnants de la mondialisation économique. Profitant d’une main d’œuvre qualifiée et à faible coût, ils ont bénéficié d’investissements très importants en provenance des pays riches comme l’aide financière apportée au Japon par les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, ce qui leur a permis de construire une économie moderne et un système de formation solide, de sortir de la pauvreté. La crise asiatique a cependant montré l’étendue de leur dépendance à l’égard de marchés financiers prompts à l’emballement spéculatif comme à la panique.

Le bilan de la mondialisation économique pour ces pays est ainsi très contrasté, avec d’un côté des pays, comme la Corée du Sud ou Taïwan définitivement classés parmi les pays riches, d’autres, Thaïlande, Philippines, ont du mal à se remettre de la volatilité des investissements, et d’autres encore bénéficient très largement de la mondialisation au niveau du pays, mais avec une répartition très inégale de ces gains (Brésil, Chine).

Pays pauvres[modifier]

Au niveau économique, les pays les plus pauvres restent largement en dehors du processus de mondialisation. Celui-ci requiert en effet des institutions stables, un respect du droit de la propriété privée, une absence de corruption ainsi qu’un certain développement humain (santé et éducation) que ne présentent pas la plupart de ces pays. Leur ressource économique principale, l’agriculture, reste dominée par les stratégies protectionnistes des pays riches.

Finances[modifier]

Article détaillé : Mondialisation financière.

magnify-clip

Le NASDAQ, sur Times Square de nuit (New York)

Après la Seconde Guerre mondiale les marchés financiers étaient réglementés nationalement et cloisonnés. Sous l’influence des différents acteurs mais aussi du FMI et de la Banque mondiale (consensus de Washington) les marchés ont subi une triple évolution dite « les trois D » : déréglementation (abolition des contrôles des changes et des restrictions aux mouvements de capitaux), désintermédiation ou accès direct des opérateurs aux marchés financiers sans passer par des intermédiaires et décloisonnement (éclatement des compartiments qui existaient). À partir de la fin des années 1970 un marché intégré des capitaux s’est peu à peu mis en place à l’échelle mondiale.

Au-delà des aspects géographiques c’est donc une nouvelle logique financière qui s’est instaurée, c’est pourquoi les spécialistes parlent plutôt de « globalisation » financière que simplement de mondialisation. On[Qui ?] peut dire qu’aujourd’hui[Quand ?] une sphère financière globalisée existe eu sein de l’économie mondiale.

La mondialisation introduit une explosion sans précédent dans l’histoire des flux financiers à l’échelle du monde, qui est engendrée en grande partie par les facilités d’échanges informatiques sur la Toile.

La globalisation financière a favorisé le financement des entreprises et celui des balances des paiements. En supprimant les obstacles à la circulation du capital elle a donné une impulsion sans précédent aux marchés financiers. Force est cependant de constater que les vrais gagnants au jeu de la finance internationale moderne sont surtout les firmes multinationales, les Trésors publics, les établissements de crédit et les investisseurs institutionnels.

Les principaux risques liés au développement des marchés financiers sont :

  • La volatilité des marchés s’est accrue, entraînant une instabilité des taux d’intérêts et des taux de change[réf. nécessaire] ;
  • Les risques systémiques engendrés soit par des pertes économiques importantes ou par une perte de confiance se transmettent plus facilement à l’ensemble de l’économie (théorie des dominos).

La globalisation financière a donné naissance à des risques nouveaux en engendrant des instabilités nouvelles. La question de la maîtrise de cette globalisation se pose aujourd’hui avec acuité car les États et les institutions (FMI, Banque mondiale…) ont montré leur impuissance lors de crises importantes.[réf. nécessaire]

Culture[modifier]

300px-Anglospeak%28800px%29

magnify-clip

L’anglais dans le monde. En bleu foncé, les pays où l’anglais est officiel ou de facto officiel. En bleu clair, pays où il est langue officielle (sauf au niveau provincial au Québec) mais pas la première langue parlée.

L’accès d’un nombre croissant d’individus à des réseaux d’information et de communication[17] communs conduit à deux effets :

Le premier est une prise de conscience accrue de la diversité culturelle et de l’interdépendance de l’ensemble des individus. Du fait de la multiplication des sources d’information, cela s’exprime par une meilleure connaissance de l’environnement et des enjeux mondiaux. Le patrimoine culturel mondial change de visage : L’Unesco en dresse une image plus documentée (liste Mémoire du monde) et plus vivante (patrimoine culturel immatériel de l’humanité). Des cultures minoritaires (amérindiens, bushmen) ont ainsi pu trouver une visibilité nouvelle, tandis que les questions à dimension internationale voient la montée en puissance des ONG comme acteurs de premier plan. De même, le fort brassage des courants religieux et philosophiques a stimulé l’œcuménisme et le dialogue interreligieux. Mais inversement, des communautarismes identitaires fondés sur un refus du relativisme et l’affirmation de la supériorité d’une culture sur les autres, se sont développés de manière concomitante.

magnify-clip

McDonald’s à Shanghaï / À la pointe des associations d’idées que le ressentiment relie à l’américanisation, le phénomène de McDonaldisation de restauration rapide, qui lui-même a produit un vocabulaire propre aux États-Unis : les McWords (en).

Le deuxième est l’émergence d’une sorte de « culture commune » marquée notamment par le recours à un « anglais de communication » (parfois appelé globish, pour global english), version appauvrie de la langue anglaise, des références culturelles américaines ou occidentales portées par des produits culturels (cinéma, musique, télévision, informatique) ou des modes de vie (sports occidentaux, cuisine italienne, chinoise…). Certains y voient un risque d’appauvrissement de la diversité culturelle, voire la domination d’une certaine conception des rapports économiques et sociaux. Le terme de civilisation universelle est en soi objet de polémique. Certains auteurs, y compris dans le monde anglo-saxon, n’hésitent pas à parler d’un impérialisme linguistique de l’anglo-américain[18].

Certains auteurs n’hésitent pas à évoquer une conflictualité, une guerre d’influence véhiculée par la culture, en vue d’accroître la suprématie idéologique des protagonistes; à l’instar de Daniel Lindenberg, par exemple, qui déclare: « la guerre culturelle, théorisée par les néo-conservateurs, ne fait que commencer »[19]. D’autres comme Bruno Bernard dans l’Export facile pour Pme-Pmi donne la francophonie comme un atout majeur pour les francophones mais qui est souvent négligé par les francophones eux-mêmes[20].

Institutions et politiques[modifier]

La mondialisation, accordant dans son mode de régulation un primat à l’international sur le national, peut être lue comme une accélération d’un phénomène mondial d’intégration économique commencé dès le XVIe siècle, processus inégal sur le plan géographique et progressif à l’échelle temporelle. Elle crée de nouveau défis d’organisation institutionnelle et de répartition des pouvoirs politiques à l’échelle du monde, et met en question les conceptions classiques du système international.

Certaine marginalisation des États[modifier]

Les outils traditionnels de la politique publique, fiscalité et réglementation, perdent de leur efficacité dans un environnement mondialisé. Leur application demande alors la coopération de plusieurs États, toujours délicate à obtenir et à maintenir.

La mondialisation génère des agents économiques, des moyens d’information et des flux financiers dont l’ampleur échappe au contrôle de la structure des États-nations. De ce fait, la plupart des gouvernements déplorent leur impuissance face à ces phénomènes tant que les relations internationales ne sont pas réglées par d’autres règles que l’intérêt des États. Au niveau européen, il faut noter l’existence d’une certaine volonté d’harmoniser les comptabilités nationales, en vue de définir une typologie normalisée des agents économiques en unités institutionnelles et en secteurs institutionnels.

Rôle en devenir des acteurs transnationaux[modifier]

L’accélération récente de la mondialisation entraîne une diversification et une autonomisation des acteurs transnationaux. Elle impose aux organisations internationales (Banque mondiale, FMI, OCDE, Forum de Davos, G8) de redéfinir leurs discours et leurs actions[21].

Des ONG (organisations non gouvernementales) tentent de combler ce vide, mais elles manquent de légitimité pour prétendre représenter les citoyens du monde. Elles sont souvent marquées par des idéologies partisanes et souffrent d’un grand manque de transparence dans leur fonctionnement comme dans leur action.

De leur côté les syndicats ont compris l’intérêt d’aborder la question du travail selon une approche mondialisée, en se regroupant dans une Confédération syndicale internationale.

Aspects humains et sociaux[modifier]

Aujourd’hui[Quand ?], environ 3 % de la population mondiale vit en dehors de son pays de naissance. C’est environ 200 millions d’immigrants qui ont quitté leur pays natal, en tenant compte des 7 milliards d’habitants dans le monde.

Migrations[modifier]

Article détaillé : migration humaine.

Les flux humains de migration permanente sont les grands oubliés de la mondialisation. En 2002, les États-Unis accueillaient le nombre d’immigrants le plus important de son histoire mais leur proportion au regard de sa population est moindre que celle des années 1920. Dans l’ensemble du monde, les mouvements de population sont quantitativement faibles. La mobilité internationale durable reste le sort des plus défavorisés, déplacés par les guerres, ou l’apanage des mieux formés à la recherche de la meilleure rémunération pour leurs compétences.

Inégalités de revenus[modifier]

Article détaillé : Inégalités de revenu.
280px-World_Map_Gini_coefficient_with_legend_2

magnify-clip

Inégalité des revenus au sein des pays, mesuré par le coefficient de Gini

La mondialisation met en évidence des inégalités de revenus à l’intérieur des pays développés (dirigeants / employés, travailleurs qualifiés / travailleurs non qualifiés) et entre pays développés, pays en développement et pays pauvres[22].

Encore, cette inégalité de revenus ne doit pas cacher le fait qu’elle reflète le plus souvent des différences considérables dans les modes de vie.

Tourisme[modifier]

Article détaillé : tourisme.
280px-Pays_touristiques.svg

magnify-clip

Top 10 en 2001

La hausse de niveau de vie et la baisse des coûts de transport ont largement contribué au développement du tourisme international qui est passé de 25 millions de personnes en 1950 à 500 millions en 2000. Toutefois, le tourisme international est essentiellement composé de ressortissants de pays riches visitant d’autres pays riches (les pôles récepteurs et les pôles émetteurs). Le tourisme en direction des pays pauvres est le plus souvent concentré sur un petit nombre de localisations, avec un effet assez faible sur le développement d’ensemble du pays d’accueil.

Écologie[modifier]

Article détaillé : Effets du commerce international sur l’environnement.

Les risques écologiques sont également en partie globalisés et menacent les grands équilibres. Certains aspects des crises écologiques prennent une dimension mondiale, notamment le changement climatique et ses différentes caractéristiques : effet de serre, risque de perturbation des courants marins, perte de biodiversité, déforestation, etc.

La prise de conscience de la crise écologique a poussé les scientifiques à penser l’écologie globalement, selon la formule de René Dubos (« penser globalement, agir localement ») : les experts de l’écologie globale parlent d’écosphère, de biosphère, … Poussés par les ONG, les dirigeants du monde se réunissent lors de sommets de la Terre pour définir des politiques de développement durable. Ces politiques ont des transpositions sur les territoires et les entreprises, cherchant à croiser les trois aspects que sont l’environnement humain, le social, et l’économique.

Certaines approches tendent à appréhender les risques globalement selon leurs caractéristiques écologiques, sociales ou économiques : protocole de Kyoto, modèles climatiques et travaux du GIEC, normes sur les risques globaux[23] (se traduisant par des bases de données mondiales accessibles sur la Toile), etc.

280px-Courbe_environnement

magnify-clip

La « courbe environnementale de Kuznets »
La description de ce phénomène controversé constaté dans les pays riches, voire certains pays en voie de développement comme la Chine récemment, est permise par une courbe en U inversé (pollution locale en ordonnée et revenu par habitant en abscisse)

La prise de conscience de l’unicité de la planète face aux problèmes des ressources est une caractéristique fondamentale de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle. Plusieurs événements ont en effet marqué ce début de millénaire sur les plans économique, écologique et sociétal. Les questions écologiques engagent désormais la responsabilité des entreprises. Elles trouvent leur expression dans le développement des Organisations non gouvernementales (WWF, Médecins sans frontières, etc.), qui deviennent des interlocuteurs des entreprises, parmi d’autres parties prenantes.

Ces enjeux de globalisation entraînent la nécessité de politiques d’innovation, dans lesquelles les connaissances et la propriété intellectuelle ont encore plus d’importance que les outils de communication pure.

Facteurs essentiels de la mondialisation contemporaine[modifier]

La forme actuelle de la mondialisation de la fin du XXe siècle et du XXIe siècle repose sur deux facteurs essentiels[24] :

  • la faiblesse des coûts de transport au regard des écarts des coûts de production (au sens économique du terme), qui touche les biens matériels,
  • la baisse des coûts de communication au niveau mondial, qui touche la diffusion sous forme numérique des informations, y compris financières.

Échanges de biens matériels[modifier]

Le premier facteur explique la mise en place d’une division internationale du travail, puisqu’il peut être rentable de faire fabriquer une marchandise dans un pays pour la transporter et la vendre dans un autre. La généralisation de ce procédé à l’ensemble du processus de production (un bien est fabriqué en plusieurs étapes correspondant à autant de pays différents) entraîne la croissance d’interdépendances économiques d’autant plus fortes que les échanges le sont. La France et l’Allemagne en sont un exemple. Ce phénomène constitue essentiellement une continuation de ce qui avait été amorcé au XIXe siècle.

Ce processus trouve sa contrepartie dans la volonté des pays les plus riches de diminuer les droits de douane existant entre eux ainsi que ceux portant sur leurs produits dans les pays moins industrialisés. Les négociations du GATT puis de l’Organisation mondiale du commerce voient ainsi une diminution considérable des barrières douanières ainsi que l’élargissement de ce processus à l’agriculture et aux services.

Mondialisation de l’information[modifier]

300px-Internet_stats

magnify-clip

Utilisateurs d’Internet dans le monde

La grande nouveauté de la mondialisation du début du XXIe siècle est la mise en place de technologies de l’information (TIC), en sources ouvertes ou fermées, elles aussi à l’échelle mondiale. Avec l’accès à ces outils, la mondialisation touche autant les individus que les États ou les entreprises, avec une perception très variable selon les individus.

Le premier effet de cette mutation technologique est la financiarisation de l’économie et le développement des entreprises multinationales et transnationales. La meilleure information sur les différences de coûts entre les pays permet en effet aux capitaux de circuler sans l’intermédiation des banques en permettant l’établissement de marchés financiers intégrés au niveau international.

Contrairement aux facteurs purement financiers, la mondialisation des technologies de l’information du type web, internet et autres médias touche directement les individus. L’exposition à des produits culturels étrangers (dessins animés japonais, cinéma indien, danses d’Amérique du Sud…) n’est plus le privilège d’une élite. Elle fait prendre conscience de la diversité des cultures au niveau mondial.

Changement de représentation[modifier]

On[Qui ?] perçoit confusément que la mondialisation, qui s’accompagne d’enjeux de développement durable, correspondrait au début d’un nouveau cycle historique.

Le philosophe Michel Foucault parle d’épistémè pour une conception du monde. Notre époque correspondrait selon lui à un nouvel épistémè, qu’il qualifie d’hypermodernité.[réf. nécessaire]

L’historien René Rémond pense qu’il existe des cycles dont les caractéristiques sont le changement des représentations du monde, conduisant à de nouvelles représentations sociales, le changement des modes de diffusion de l’information et de la connaissance, la lecture scientifique des textes fondamentaux, et la remise en honneur de la culture antique…

Par exemple, la Renaissance des XVe et XVIe siècles fut une période de remise en honneur des auteurs grecs et latins ; elle étendit la redécouverte de la culture antique à l’art et aux techniques, et apporta l’imprimerie. Le siècle des Lumières vit un changement important de représentation du monde avec la « révolution copernicienne ». L’époque contemporaine voit aussi se former des représentations du monde différentes avec les nouvelles théories cosmologiques ou le développement d’Internet.

Pour certains [25] la Mondialisation est une opportunité à saisir : « il est indispensable de décentrer notre regard » et sortir d’une vision de l’Histoire racontée au travers du prisme européen ou occidental. Il faut donc repenser la boite à outils des historiens et des géographes en évitant que s’y glisse un «redoutable passager clandestin » celui de l’ethnocentrisme. Aujourd’hui, de grands récits continentaux -chinois, indien,latino-américain, arabe, africain se font jour. L’histoire mondiale ne peut être la somme de ses parties : « Elle doit tenir compte des nombreux métissages que les contacts ont produits , mais aussi ceux qui ont été empêchés »[26].

Prédominance de la langue anglo-américaine[modifier]

La mondialisation s’accompagne d’une domination de la « langue anglo-américaine », qui se manifeste avec le plus d’acuité sur internet. En 1996, il y avait une présence presque exclusive de l’anglais sur internet, avec 75% des pages web dans le monde en anglais. En 2003, cette proportion a baissé à 45%[27]. Il y a donc une certaine diversification des langues sur internet. Cela n’empêche pas que la grande majorité des 6000 langues du monde n’est pas représentée sur internet.

La domination de la langue anglo-américaine est telle que certains auteurs, y compris dans le monde anglo-saxon, n’hésitent pas à parler d’impérialisme linguistique[28]. Des organisations altermondialistes dénoncent dans le tout-anglais ce qu’elles considèrent être une manifestation de l’impérialisme linguistique américain, l’anglais étant alors un vecteur de la mondialisation libérale[29].

La domination de la langue anglo-américaine se manifeste aussi beaucoup à travers l’influence socioculturelle américaine. Les États-Unis exercent une influence très forte dans les domaines économique, financier, scientifique, informatique, ainsi que dans les loisirs (musique, cinéma). Cette influence a tendance à propager la langue anglaise, ou à favoriser les emprunts lexicaux (anglicismes) dans d’autres langues.

Cette domination de l’anglais se fait sentir jusque dans les institutions européennes, et particulièrement à la Commission européenne. Depuis l’élargissement de l’Union européenne de 1995, l’usage de l’anglais a dépassé celui du français dans les institutions européennes. En 2001, 56,8% des pages reçues par la Commission européenne étaient écrites en anglais, 29,8% en français, 4,3 % en allemand et 8,8 % dans les huit autres langues communautaires[30]. Et ce bien que seulement 11.6% de la population de l’Union européenne soit anglophone (contre 12% de francophones et 18% de germanophones) [31]

Selon l’UNESCO, 2500 langues sur les quelque 6000 langues parlées dans le monde sont aujourd’hui en danger. À l’aube du XXIe siècle, il y a donc une menace importante pour la diversité linguistique dans le monde.

Au travers de différents projets (promotion du multilingue ou de l’espéranto comme langue de communication équitable), des acteurs tentent de lutter contre cette domination linguistique.

Et si on parlait ! |
okahandongo |
Vieille noix |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LES AVIONS DE CHASSE
| lescousines72
| LaSassavonnette